Comment sont recyclées les voitures ?

Afin d’octroyer une seconde vie aux véhicules inutilisables, les épaves doivent nécessairement subir plusieurs traitements en passant par différentes étapes au niveau des centres agréés. C’est uniquement à l’aide de ce processus que ces derniers peuvent assurer un traitement sûr et écologique.

Si les étapes de transformation des épaves restent toujours un mystère pour vous, alors suivez ce guide pour obtenir des informations plus détaillées.

A voir aussi : Comparaison des meilleurs kits éthanol E85

Le démantèlement en pièces détachées

Il est impossible de parler de recyclage automobile sans évoquer le démantèlement. Cette étape consiste à démonter toutes les pièces recyclables et encore utilisables afin de les remettre ensuite sur le marché en tant que pièces détachées auto d’occasion. Par exemple le moteur et les rétroviseurs. Toutefois, à des fins de sécurité, certains éléments ne doivent pas être démontés pour être réutilisés. Aussi, il convient de souligner qu’il y a une étape qui précède ce démantèlement : la dépollution.

La dépollution

Même si une voiture hors d’usage contient toujours une multitude de matières premières recyclables, il n’en demeure pas moins un déchet nocif au début du processus de recyclage. La première étape du processus est donc la dépollution consistant à éliminer les liquides et pièces nuisibles qui se trouvent dans l’épave.

A voir aussi : Besoin d’une voiture d’occasion ? Achetez donc une Nissan!

On peut citer par exemple, le carburant, le liquide lave-glace, le gaz du système d’air conditionné de même que les batteries de démarrage au plomb. C’est aussi durant ce processus que les pneus sont aussi retirés de l’épave. Les liquides et les pièces dangereuses sont placés dans des conteneurs spéciaux, qui seront par la suite collectés puis recyclés par des opérateurs de recyclage professionnel.

Tous les centres agréés se trouvent dans l’obligation de dépolluer leurs épaves. Cette obligation leur impose de retirer rigoureusement tous les liquides et les pièces des épaves avant traitement.

sont recyclées les voiture

Le compactage

Une fois avoir enlevé tous les liquides dangereux et les pièces réutilisables, l’épave du véhicule est découpée en morceaux ou compactée grâce à une presse hydraulique. Le but est de la rendre aussi compacte que possible pour faciliter le transport vers l’installation de broyage.

Le broyage

Afin de pouvoir recycler l’épave, il doit avant toute chose passer par un broyeur. Le rotor de ce dispositif est équipé d’une série de marteaux qui tournent à une vitesse d’environ 600 tours par minute. L’épave est dès lors broyée en morceaux de la taille d’un poing en l’espace de quelques secondes.

Le post-broyage

C’est à partir d’ici que les choses sérieuses commencent : un système d’aspiration performant réalise la séparation des métaux ferreux et des métaux non-ferreux (ex : particules ou matières plastiques). Ensuite de grands-aimants continuent le travail de séparation des métaux ferreux (le fer et tout autre alliage à base de fer) et non ferreux (ex. aluminium, zinc, cuivre).

Le mélange de métaux non-ferreux est traité au niveau d’une unité de flottation dont son rôle est de séparer les différents métaux non-ferreux afin que l’on puisse recueillir de la matière première. À l’aide de ce dispositif (post-broyage) on réussit ainsi récolter des éléments comme du cuivre, du zinc, du plomb et de l’acier inoxydable.

Le même procédé est de nouveau enclenché pour ainsi recueillir les matières plastiques, la fraction de fibres et le verre.

Le recyclage

Les matériaux ainsi que les matières premières récoltées lors des processus précédents sont maintenant utilisés par l’industrie en tant que matières premières. Parallèlement, il subsiste un peu moins de 5% de l’épave qu’il est impossible de recycler qui seront donc brûlés. Certains centres font souvent appel à des incinérateurs spéciaux afin d’exploiter l’énergie dégagée.

Une fois l’incinération terminée, il reste toujours une quantité infime de matières plus précisément des cendres qu’il faudra entreposer. Là aussi, toutes les mesures sont mises en place de telle sorte que ce stockage soit effectué le plus écologiquement possible.