Comment réussir le recyclage d’une épave de voiture ?

Le recyclage d’un véhicule techniquement irréparable est une manœuvre à exécuter avec beaucoup de précautions. En effet, une mauvaise exécution peut engendrer des répercussions sur l’environnement. Découvrez donc les astuces à prendre en compte pour réussir le recyclage d’une épave de voiture.

La dépollution d’une épave de voiture

Bien qu’étant hors d’usage, un véhicule possède plusieurs matières premières recyclables. Toutefois, il constitue un grand déchet toxique. C’est la raison pour laquelle une dépollution s’impose au début du recyclage. Après l’enlèvement épave gratuit, le moteur du véhicule subit un diagnostic dont le but est d’identifier les pièces revalorisables. Dans un premier temps, les fluides et les éléments polluants tels que les huiles, la batterie et les liquides sont retirés.

A lire également : Avis Guichet Auto : arnaque ou plateforme de confiance ?

Ils seront acheminés vers des centres agréés pour le traitement des déchets toxiques. Les pièces détachées issues de l’épave sont minutieusement nettoyées avant d’être mises sur le marché. De même, elles subissent un contrôle rigoureux. Ensuite, les pneus usagés de l’épave sont destinés à la revalorisation énergétique. Ce procédé offre de nombreux avantages environnementaux. En effet, il permet d’économiser certaines matières premières non renouvelables. Il réduit également les émissions de gaz à effet de serre. S’ils peuvent servir à nouveau, les plastiques issus de l’épave de voiture sont broyés à l’aide d’une déchiqueteuse.

La destruction de l’épave de voiture

Après le retrait de tous les liquides dangereux et des pièces revalorisables, l’épave est compactée grâce à une presse hydraulique. Elle peut être aussi découpée en petits morceaux. L’objectif de cette action est de rendre l’épave très compacte. Ainsi, elle sera facilement transportable vers l’installation de broyage. À cette étape, une épave est officiellement reconnue comme détruite. Il sera donc impossible de réutiliser le véhicule ou de l’immatriculer à nouveau.

A lire aussi : Le GPS est incontournable pour suivre la flotte automobile

Généralement, la destruction physique s’accompagne de la destruction administrative. En effet, le numéro de châssis du véhicule hors d’usage est définitivement retiré auprès de l’organisme compétent. Par ailleurs, l’épave doit également passer par un broyeur. Cette machine dispose d’un rotor composé de plusieurs marteaux. Ces derniers sont capables de tourner à une vitesse d’environ 600 tours par minutes. En quelques secondes, l’épave sera broyée en morceaux. La taille de ces morceaux est semblable à celle d’un poing. Enfin, des professionnels font usage d’un système d’aspiration afin de distinguer les métaux ferreux et ceux non ferreux.

Le recyclage proprement dit

Le recyclage épave consiste à réutiliser dans l’industrie les matériaux et les matières premières récupérées. Ainsi, les pneus peuvent servir à la réalisation de dalles en caoutchouc. Elles servent aussi à la fabrication de tapis isolants ou de terrains de sport. Quant au verre minutieusement démonté, il peut être utilisé comme vitre d’occasion. Il peut aussi servir à la fabrication des articles à base de verre. À la fin d’un recyclage, il est possible qu’environ 05 % de l’épave subsiste. Ce reste sera donc incinéré. Les cendres issues de cette incinération sont stockées dans des centres d’enfouissement technique très isolés de l’environnement.

Vous connaissez à présent toutes les étapes à suivre pour réussir le recyclage d’une épave de voiture.