Vendre ma voiture : quelles sont les démarches ?

La cession à titre onéreux ou gratuit d’une voiture nécessite la remise d’un certain nombre d’éléments au futur propriétaire comme la carte grise ou encore le certificat de non gage. Cette obligation de la part du vendeur vise à protéger les deux parties en cas de litige. Quelles sont les démarches à respecter en cas de vente comme de don ?

Quels documents sont à fournir au nouveau propriétaire ?

Avant de céder son SUV ou sa citadine à un tiers, le propriétaire actuelle du véhicule doit rassembler un certains nombre de papiers.

A voir aussi : Contrôle technique : Pourquoi faut-il le faire ?

Le certificat d’immatriculation

Auparavant appelé carte grise, le certificat d’immatriculation est un document central. En effet, il fait office de carte d’identité du véhicule. On y retrouve de nombreuses informations clefs comme le numéro d’immatriculation, les caractéristiques du véhicule, sa date de première mise en circulation, sa conformité vis à vis du contrôle technique ou encore les coordonnées de son propriétaire.

Ces dernières sont d’ailleurs très importantes car seul le propriétaire d’un véhicule peut procéder à sa cession, qu’elle soit à titre gratuit ou onéreux. En outre, l’adresse y figurant doit être à jour. Si ce n’est pas le cas et qu’un changement d’adresse est à effectuer, c’est au vendeur de s’en charger. Il est en effet fréquent que des propriétaires ne soient pas à jour pour éviter de devoir s’acquitter du prix d’une nouvelle carte grise.

A voir aussi : Les bases pour entretenir sa voiture tuning

Le certificat de non gage

Avant de conclure, l’acheteur doit s’assurer que le vendeur lui a bien transmis le certificat de non gage. Celui-ci permet d’apporter la preuve que le véhicule ne fait ni l’objet d’un gage, ni d’une opposition à la vente.

Depuis la publication du décret n°2017-1278 du 9 août 2017, la demande de certificat de non gage se faisait auprès de la préfecture dont dépendait le domicile du vendeur. Aujourd’hui, elle est à effectuer sur le site de l’ANTS (Agence Nationale des Titres Sécurisés).

Pour information, vous pouvez à tout moment consulter l’historique d’un véhicule en vous rendant sur HISTOVE (https://histovec.interieur.gouv.fr/histovec/home).

Le procès-verbal de contrôle technique

Votre voiture ou fourgonnette a plus de quatre ans ? Dans ce cas, toute cession nécessite impérativement de passer le contrôle technique. Lors de la transaction entre le vendeur et l’acheteur, le procès-verbal doit avoir moins de 6 mois.

Le certificat de cession

Le certificat de cession (Cerfa n°15776*01) est la preuve du transfert de propriété du véhicule de l’ancien propriétaire au nouveau.

Le certificat de cession permet par ailleurs :

  • de dégager la responsabilité de ce dernier s’il arrivait un accident après le jour et l’heure indiqués sur ce document ;
  • à l’acquéreur de formuler sa demande de certificat d’immatriculation.

L’assurance, un élément important

La vente de votre voiture est faite et vous venez de donner les clefs à l’acheteur ? Il faut savoir que dans ce cas, votre contrat d’assurance est échu sans attendre la date de l’échéance principale, et ce, quelle qu’elle soit. Pour être précis, la suspension se fait de plein droit le lendemain de la vente à minuit. Votre assureur doit donc vous rembourser la prime au-delà du lendemain de la vente et jusqu’à celle de l’échéance principale.

Toutefois, cela n’a rien d’automatique. Il vous faut donc en informer votre assureur par le biais d’une lettre en recommandé avec accusé de réception.

Comment fixer le prix de vente de sa voiture ?

Fixer le prix de vente d’un véhicule peut s’avérer être un véritable casse-tête. Pour ne pas vendre votre voiture à un prix trop bas, vous devez prendre en compte plusieurs critères tels que l’année de mise en circulation, le kilométrage parcouru, les équipements présents sur la voiture et son état général.

Vous devez faire une recherche pour connaître les prix pratiqués pour des modèles similaires dans votre région ou sur des sites spécialisés. Ces informations vous permettront ainsi d’être plus objectif lorsqu’il faudra fixer le montant final.

N’hésitez pas à tenir compte des offres du marché et notamment celles proposées par vos concurrents directs pour ajuster votre proposition tarifaire. Si vous voulez être sûr que votre annonce sera consultée par suffisamment de personnes avant la vente effective de votre bien automobile, nous vous recommandons alors fortement notre site web dédié aux annonces automobiles qui a déjà fait ses preuves auprès d’une large clientèle désireuse tantôt d’acheter, tantôt de vendre leurs voitures rapidement et au juste prix !

Les précautions à prendre lors de la vente d’une voiture d’occasion

En tant que vendeur, vous avez aussi des précautions à prendre lors de la vente d’une voiture d’occasion. Vous devez vérifier l’état général du véhicule et notamment les pièces clés comme le moteur, la boîte de vitesses ou encore les freins.

Il faut aussi être vigilant sur l’authenticité des documents. Vous devez présenter une copie de votre carte grise ainsi qu’un certificat de non-gage pour prouver que le véhicule n’a pas fait l’objet d’un vol ou qu’il n’est pas gagé. Le contrôle technique doit aussi être à jour. Si ce dernier a été effectué depuis plus de six mois avant la vente, vous devrez faire refaire un nouveau contrôle.

Lorsque vous êtes en contact avec un potentiel acheteur, assurez-vous toujours d’avoir son identité complète et ses coordonnées afin d’éviter tout risque de vol par usurpation. Nous recommandons aux vendeurs et aux acheteurs potentiels qui se rencontrent via notre site web dédié aux annonces automobiles (citation) de privilégier les échanges téléphoniques plutôt que par email pour éviter toute fraude.

Si possible, proposer une garantie peut rassurer l’acheteur quant à la qualité du véhicule mis en vente. Par exemple, si certains éléments tombent en panne dans les deux semaines suivant sa prise en charge, il est possible pour le client de demander réparation ou bien d’annuler purement et simplement la vente. (Attention, cette mention ne se substitue en aucun cas au droit commun).